Archive for the International Category


Lamamra retrouve l’ONU

Trois mois après avoir quitté le gouvernement, Ramtane Lamamra retrouve les arènes de la diplomatie internationale. L
’ancien ministre des Affaires étrangères, qui s’est retiré complètement de la vie publique depuis le mois du juin dernier, fait désormais partie d’un panel de 18 personnalités internationales nommées par le secrétaire général des Nations unies, Antonio Gueterres, en qualité de médiateur dans des conflits internationaux.

Selon le secrétaire général des Nations unies, «le Conseil est composé de 18 personnalités internationalement reconnues qui apportent de l’expérience et des compétences, un savoir approfondi et de nombreux contacts à cette tâche extrêmement importante». Aux côtés de l’Algérien, d’autres personnalités font partie de cette équipe. Il s’agit notamment de la présidente du Chili, Michelle Bachelet, de l’ex-président finlandais, Tarja Halonen, et de l’ancien ministre jordanien des Affaires étrangères, Nasser Dzhoda. Avant de devenir ministre des Affaires étrangères, en mai 2013, Ramtane Lamamra a derrière lui une longue carrière de diplomate. Il était notamment Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine et ambassadeur d’Algérie aux Nations unies, aux Etats-Unis et dans d’autres pays.

 

Read More...

Un député anti-islamiste visé par un groupe armé

Le ministère tunisien de l’Intérieur a confirmé cette attaque qu’il a qualifiée de tentative d’assassinat attribuée à un groupe «terroriste».
L’atmosphère des élections législatives et présidentielle en Tunisie qui se tiendront en octobre et novembre porte les relents de l’insécurité. En effet, dans la nuit de lundi à mardi, des hommes armés ont attaqué la maison du député Mohamed Ali Nasri, rapporte l’AFP qui cite son frère. Le groupe a attaqué la maison de l’élu en question en tirant en l’air avant de faire irruption dans son domicile.

L’attaque a eu lieu à Kasserine, ville voisine du mont Chaambi, à la frontière algérienne, où les forces tunisiennes ont déclenché depuis plus d’un an et demi des opérations à même de neutraliser un groupe lié à Al Qaîda. Le député a pu échapper aux assaillants mais il s’est fracturé la jambe en sautant le mur le séparant de ses voisins, selon les propos de son frère.

Le ministère tunisien de l’Intérieur a confirmé cette attaque, qu’il a qualifiée de tentative d’assassinat attribuée à un groupe «terroriste». «La maison du député de l’Assemblée nationale constituante (ANC), Mohamed Ali Nasri (…), a fait l’objet d’une tentative d’effraction par un groupe terroriste qui a tenté sans succès d’assassiner l’élu», a indiqué le ministère dans un communiqué. La Tunisie a connu une année 2013 de crise politique à la suite de l’assassinat de deux figures de partis d’opposition aux islamistes d’Ennahdha.

Lundi, la police tunisienne a essuyé les tirs d’un groupe armé près du mont Salloum, une zone d’opération «antiterroriste» dans la région de Kasserine, au centre-ouest du pays. Samedi dernier, le ministre tunisien de l’Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, a fait état de «menaces terroristes» pesant sur le bon déroulement des élections. «Des menaces terroristes sérieuses visent la sécurité des élections», avait-il déclaré à l’issue d’une réunion consacrée à ce sujet. «La cellule de crise» du gouvernement «a décidé d’unifier les efforts des ministères de l’Intérieur et de la Défense, en particulier dans les zones de tension à la frontière avec l’Algérie, où se trouvent les fiefs des terroristes», a-t-il ajouté.

Menaces

Plusieurs hommes politiques et leur formation ont dit craindre des assassinats. Le quotidien La Presse a fait état, le 30 août, de menaces qui pèseraient sur deux figures, l’ex-Premier ministre, Béji Caïd Essebsi, et l’homme de gauche, Hamma Hammami. Le même jour, le Premier ministre, Mehdi Jomaa, a appelé les Tunisiens à se rendre aux urnes, malgré les difficultés dans le pays. «Les élections ne vont pas résoudre tous les problèmes, mais nous devons continuer à bâtir un modèle (démocratique) tunisien unique en son genre», a-t-il indiqué.

La Tunisie a été profondément déstabilisée en 2013 par les assassinats de deux figures de l’opposition, Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi. Les autorités se sont lancées alors dans la lutte contre des groupes djihadistes qui ont tué une cinquantaine de policiers et de militaires depuis janvier 2011, en particulier à la frontière avec l’Algérie. Fin mai dernier, quatre policiers gardant la maison du ministre de l’Intérieur dans la ville ont été tués dans une attaque menée par des hommes armés.

Read More...

Les brèves

Tunisie : Les demandes d’asile en augmentation

Les demandes d’asile de Tunisiens vers les pays de l’Union européenne (UE) ont nettement augmenté depuis la révolution du 14 janvier 2011 malgré un fléchissement relatif en 2013, a rapporté hier l’agence officielle TAP, citant l’Office européen des statistiques (Eurostat). Selon un communiqué d’Eurostat publié fin mars, les demandes d’asile de Tunisiens en zone euro ont quadruplé entre 2009 et 2013, passant de 590 à 2595, avec un pic de 6810 requérants en 2011 dont 5035 en Italie. Un grand nombre de demandeurs d’asile a été également enregistré en Suisse avec 1735 demandes en 2013, 2240 en 2012 et 2535 en 2011 contre seulement 75 en 2008. Après la Suisse, l’Allemagne est le deuxième pays européen qui reçoit des demandes d’asile de Tunisiens avec 640 en 2013 contre uniquement 115 en 2010, suivies par l’Italie avec 520 demandes contre 140 durant la même période de référence.

Maroc : Procès de 9 militants pro-réformes

Neuf militants pro-réformes arrêtés au Maroc au début du mois lors d’une importante manifestation syndicale à Casablanca ont vu leur demande de remise en liberté rejetée, hier, selon un correspondant de l’AFP. Au total, 11 militants du 20 Février, mouvement né durant le Printemps arabe, ont été interpellés le 6 avril durant une «marche nationale» ayant rassemblé environ 10 000 personnes à Casablanca à l’appel de trois des principaux syndicats du royaume. Les 11 militants sont poursuivis pour «organisation d’une manifestation non autorisée» et «violences envers des fonctionnaires de police», mais deux ont rapidement obtenu leur remise en liberté provisoire. Lors d’une audience, hier, dans une salle archicomble à Aïn Sebaa, près de Casablanca, une nouvelle demande a en revanche été rejetée pour les neuf autres. Auparavant, quelques dizaines de personnes avaient manifesté devant le tribunal pour réclamer leur libération, dénonçant «un procès politique».

Soudan : Mettre fin à trois ans de conflit dans le Kordofan-Sud

Les consultations entre le gouvernement soudanais et les rebelles du Nil Bleu et du Kordofan-Sud ont repris, hier à Addis-Abeba, sous l’égide de l’Union africaine (UA) en vue de ramener la paix dans ces deux régions frontalières du Soudan du Sud. «Nous menons des consultations», a déclaré Yassir Arman, chef de la délégation rebelle, à l’issue d’une rencontre avec des médiateurs de l’UA. «Nous avons besoin d’un processus crédible qui permettra au Soudan de faire la transition de la guerre à la paix», a-t-il ajouté. «Les pourparlers doivent impérativement porter sur les questions politiques, humanitaires et sécuritaire», a indiqué pour sa part Omar Souleymane, chef de la délégation soudanaise. Les discussions, qui avaient déjà repris une première fois en février après un an d’interruption avant d’être ajournées au bout de cinq jours, visent à mettre fin à trois ans de conflit dans le Kordofan-Sud.
 

Read More...