Archive for septembre, 2014


Un député anti-islamiste visé par un groupe armé

Le ministère tunisien de l’Intérieur a confirmé cette attaque qu’il a qualifiée de tentative d’assassinat attribuée à un groupe «terroriste».
L’atmosphère des élections législatives et présidentielle en Tunisie qui se tiendront en octobre et novembre porte les relents de l’insécurité. En effet, dans la nuit de lundi à mardi, des hommes armés ont attaqué la maison du député Mohamed Ali Nasri, rapporte l’AFP qui cite son frère. Le groupe a attaqué la maison de l’élu en question en tirant en l’air avant de faire irruption dans son domicile.

L’attaque a eu lieu à Kasserine, ville voisine du mont Chaambi, à la frontière algérienne, où les forces tunisiennes ont déclenché depuis plus d’un an et demi des opérations à même de neutraliser un groupe lié à Al Qaîda. Le député a pu échapper aux assaillants mais il s’est fracturé la jambe en sautant le mur le séparant de ses voisins, selon les propos de son frère.

Le ministère tunisien de l’Intérieur a confirmé cette attaque, qu’il a qualifiée de tentative d’assassinat attribuée à un groupe «terroriste». «La maison du député de l’Assemblée nationale constituante (ANC), Mohamed Ali Nasri (…), a fait l’objet d’une tentative d’effraction par un groupe terroriste qui a tenté sans succès d’assassiner l’élu», a indiqué le ministère dans un communiqué. La Tunisie a connu une année 2013 de crise politique à la suite de l’assassinat de deux figures de partis d’opposition aux islamistes d’Ennahdha.

Lundi, la police tunisienne a essuyé les tirs d’un groupe armé près du mont Salloum, une zone d’opération «antiterroriste» dans la région de Kasserine, au centre-ouest du pays. Samedi dernier, le ministre tunisien de l’Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, a fait état de «menaces terroristes» pesant sur le bon déroulement des élections. «Des menaces terroristes sérieuses visent la sécurité des élections», avait-il déclaré à l’issue d’une réunion consacrée à ce sujet. «La cellule de crise» du gouvernement «a décidé d’unifier les efforts des ministères de l’Intérieur et de la Défense, en particulier dans les zones de tension à la frontière avec l’Algérie, où se trouvent les fiefs des terroristes», a-t-il ajouté.

Menaces

Plusieurs hommes politiques et leur formation ont dit craindre des assassinats. Le quotidien La Presse a fait état, le 30 août, de menaces qui pèseraient sur deux figures, l’ex-Premier ministre, Béji Caïd Essebsi, et l’homme de gauche, Hamma Hammami. Le même jour, le Premier ministre, Mehdi Jomaa, a appelé les Tunisiens à se rendre aux urnes, malgré les difficultés dans le pays. «Les élections ne vont pas résoudre tous les problèmes, mais nous devons continuer à bâtir un modèle (démocratique) tunisien unique en son genre», a-t-il indiqué.

La Tunisie a été profondément déstabilisée en 2013 par les assassinats de deux figures de l’opposition, Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi. Les autorités se sont lancées alors dans la lutte contre des groupes djihadistes qui ont tué une cinquantaine de policiers et de militaires depuis janvier 2011, en particulier à la frontière avec l’Algérie. Fin mai dernier, quatre policiers gardant la maison du ministre de l’Intérieur dans la ville ont été tués dans une attaque menée par des hommes armés.

Read More...